Share

Tournons la Page : « Nous ne sommes pas indifférents au déni de démocratie dans nos pays »


La Caravane de la Démocratie se termine ce dimanche 15 octobre, après 1 mois de sensibilisation | Crédit photo : Tournons la Page

Politique Afrique – La Caravane de la Démocratie, organisée par le mouvement citoyen Tournons la Page, arrive à son terme ce dimanche 15 octobre.  Après un mois, de sensibilisation intensive à travers plusieurs pays en Afrique, elle arrive en France, sa dernière étape.

C’est devant une assemblée attentive que les représentants Africains du mouvement Tournons la Page ont rappelé les objectifs de la Caravane de la Démocratie et sa nécessité. L’étape parisienne de la Caravane s’est tenue dans les locaux du Secours Catholique dans le 7e arrondissement. Les membres présents ont expliqué que la Caravane a été pensé comme un espace d’échanges pour soutenir les luttes non-violentes et les nouvelles formes de mobilisation.

Tournons la Page, pour l’alternance politique en Afrique

Née du constat d’un manque de démocratie en Afrique, Tournons la Page est une coalition de sociétés civiles, dont sept pays africains. Ensemble, le mouvement vise à apporter un plaidoyer pour la démocratie, accompagner la mobilisation citoyenne et mettre en réseau des coalitions.

La Caravane de la Démocratie est le fruit de cette réflexion qui cherche à apporter le soutien nécessaire aux luttes non-violentes en Afrique. Les enjeux : une réelle alternance démocratique et le respect des droits fondamentaux des populations. Le Mouvement explique ainsi que l’Afrique centrale concentre le plus fort taux de « dynasties qui se maintiennent au pouvoir ». De nombreuses tactiques sont par ailleurs mises en place afin de conserver le pouvoir. Entre autres, l’on peut noter la modification de la Constitution pour contourner la réglementation. L’on peut également constater la répression violente et brutale des populations manifestant leurs désaccord vis-à-vis du pouvoir. Faisant ainsi souvent fi des Accords et Chartes auxquels ils ont adhéré.

Lutter en choisissant la non-violence en Afrique

Fort de ce constat, Tournons la Page a choisi d’agir et de mettre en place différentes stratégies pour lutter contre « les dictatures de 50 ans ». Pour le Cameroun par exemple, l’activiste Jean-Marc Bikoko a pu présenter le bilan des actions de mobilisation non violentes :

  • Mise en place d’un collectif de plusieurs acteurs de la société civile (associations, ONGs, organismes religieux, etc.)
  • Campagnes d’information et de sensibilisation nationale qui a vu une très forte participation des jeunes
  • Renforcement des dispositifs de surveillance électorale tout au long du scrutin, « à l’image de ce qui s’est passé au Gabon »

Brice Mackosso, représentant de Tournons la Page en République du Congo, explique également les différentes stratégies déployées :

  • Organisation et mobilisation des populations dans les rues, même s’il déplore la violente répression et les actes de distractions menés par le pouvoir en place
  • Formation de leaders qui serviraient de point de contact entre les populations et Tournons la Page
  • Formation de plus de 1000 observateurs électoraux suite aux élections anticipées

Choisir la non-violence quand le camp opposé réprime violemment ?

Le fil conducteur de la conférence sera la violence à laquelle « les dictatures » ont recours pour répondre. Les mobilisations citoyennes et pacifiques se voient confrontées à la barbarie. A cela, beaucoup se posent la question du bien fondé d’une stratégie non-violente. « Nous ne sommes pas indifférents au déni de démocratie dans nos pays. Nous ne faisons que la non-violence. Mais comment soutenir les luttes non-violentes en Afrique ? », s’interroge Marc Ona Essangui. Il laisse le débat ouvert, en s’adressant surtout aux Européens, notamment à la France, à qui les conflits dans ses anciennes colonies semblent profiter.

La Caravane se terno-mininga pas différentes manifestations à Paris, notamment un sit-in ce samedi 14 octobre.


1 Comment on this Post

  1. C’est bien cette caravane, mais la france reste indifferente tant que ses interets ne sont pas menacés.

    Répondre

Leave a Comment