Share

RDC : la pression des Etats-Unis pour l’organisation des élections jugée inacceptable par le pouvoir


Le président Kabila . © via datadrc.com

RD Congo (Africapostnews) – Dépêchée à Kinshasa pour rencontrer les autorités congolaises, Nikki Haley, l’ambassadrice des Etats-Unis à l’ONU s’est montré ferme. Au président Joseph Kabila comme au  responsable de la Commission électorale (CENI), elle a indiqué que son pays n’acceptera pas un autre report de l’élection présidentielle qui aurait dû se tenir initialement en décembre 2016.

Dans les rangs des proches de Joseph Kabila, ses propos ont choqué mais Nikki Haley s’est montrée ferme.

« Nous avons adressé un message clair à la Céni: si les élections ne sont pas tenues en 2018, sinon on ne soutiendra pas le processus électoral. Les Etats-Unis, la communauté internationale ne soutiendront rien en 2019. Nous n’apporterons aucun financement si le calendrier ne précise pas explicitement que ces élections auront lieu au plus tard en 2018. Il n’y a pas de démocratie si la voix du peuple n’est pas pas entendue »,  a-t-elle indiqué après sa rencontre avec le Président de la CENI.

Les Etats-Unis mettent donc une pression supplémentaire sur le régime de Joseph Kabila qui affirme qu’aucune élection ne peut être organisée avant le avril 2019.

Ce dimanche sur Twitter, Nikki Haley a réaffirmé la position de son pays en indiquant avoir déclaré à Joseph Kabila que « il n’y a pas de démocratie si la voix du peuple n’est pas entendue. Nous n’accepterons pas un nouveau report des élections ».

Les proches de Joseph Kabila ont indiqué qu’ils trouvaient insupportables les déclarations de Nikki Haley tandis que le Rassemblement de l’opposition s’est montré satisfait de la position américaine.


Leave a Comment