Share

Kenya : la Cour Suprême annulera-t-elle aussi le dernier scrutin présidentiel ?


La Cour Suprême kényane à nouveau saisie suite au scrutin du 26 octobre © RFI

Kenya Politique – La Cour suprême étudie actuellement plusieurs dossiers demandant l’annulation du scrutin du 26 octobre.

La page de l’élection présidentielle semble loin d’être tournée au Kenya. En effet, la Cour Suprême a reçu plusieurs recours, notamment en vue de faire invalider le scrutin du mois dernier, donnant Kenyatta gagnant.

Pas moins de trois recours ont été déposés auprès de l’organe kenyan. Deux dossiers exigent l’annulation simple du scrutin au motif que la Commission électorale (IEBC) n’a pas pu garantir des élections justes et transparentes. L’ancien député John Mwau, qui a déposé le premier un recours, estime que cette nouvelle élection ne peut être valide car l’IEBC aurait dû revoir la liste des candidats. A sa plainte s’ajoute celle de Njonjo Nue et Khelef Khalifa. Responsables d’ONG, ils demandent l’annulation du scrutin car il n’aurait pas été en « stricte conformité avec la Constitution et la loi en vigueur » rapporte Africanews.

Le dernier dossier lui, vise à demander des sanctions contre l’opposition en raison des nombreux troubles civils durant la période électorale. Suite à l’annonce du retrait de la NASA de la course présidentielle, de nombreuses manifestations avaient eu lieu. Manifestations parfois sévèrement réprimées par les forces de police.

Grand absent : Raila Odinga. Aucun recours n’a en effet été déposé par la National Super Alliance.

Deuxième annulation, troisième scrutin ?

Si l’on s’en tient aux différents résultats Uhuru Kenyatta a remporté par deux fois les élections. Pourtant, chacune de ses victoires a donné lieu à de fortes contestations.

Pour rappel, la Cour Suprême kényane surprenait le monde entier en annulant les élections du 8 août pour cause d’irrégularités. Un deuxième scrutin était finalement fixé, après report, au 26 octobre. Face à ce qu’elle annonçait comme une élection « pire que la précédente » l’opposition avait appelé au boycott. Élection s’achevant d’ailleurs par la réélection du président sortant avec plus de 98% des suffrages. Résultats encore une fois contestés.

Comme un air de déjà vu. À nouveau le sort du pays est entre les mains de la Cour Suprême. En attendant, l’opposition, elle, organise sa resistance contre le pouvoir en place. Appel à la désobéissance civile, création de mouvements patriotes, l’opposition menée par Raila Odinga n’entend pas baisser les bras. Elle exige de nouvelles élections sous 90 jours afin de « restaurer la démocratie ».

La Cour Suprême de son côté dispose de 14 jours à compter de la date de dépôt de dossier, pour  étudier les différents recours. Un verdict devrait être rendu le 20 novembre au plus tard.


Leave a Comment