Share

Zimbabwe : des négociations en cours entre l’armée et Robert Mugabe sur son retrait sans délai de la vie politique ?


Les assassins des fermiers blancs ne seront pas poursuivis
Le président Robert Mugabe lors du « Heroes Day » en 2002. © AP

Zimbabwe (APN) — Un jour après la prise de pouvoir par l’armée, la situation demeure incertaine. Robert Mugabe serait toujours en détention et des pourparlers quant à son départ du pouvoir seraient sur la table.

Les militaires zimbabwéens détiennent toujours le président Mugabe, ce dernier qui selon Jacob Zuma est sain et sauf. Cette détention n’est pas anodine et la transition pacifique dont parlent les militaires pourrait être en jeu.

En effet, selon l’agence Reuters, des négociations entre les généraux et le président Mugabe ont actuellement lieu dans sa résidence à Harare où il est confiné. Les premiers veulent obtenir la démission de Mugabe et lui offriraient la sécurité non seulement à lui mais aussi à son entourage. En revanche, le président de 93 ans insisterait sur le fait qu’il n’y a qu’un vote de son parti qui pourrait le forcer à quitter le pouvoir. Le médiateur de ces pourparlers serait le prêtre catholique Fidelis Mukonori et ami de la famille Mugabe depuis les années 1970.

La Vice premier ministre namibienne a quant à elle démenti l’information selon laquelle Grace Mugabe se trouverait en Namibie. Elle a affirmé que la Première dame est en sécurité dans la même résidence où se trouve actuellement son mari.

Le leader des jeunes de la ZANU-PF, fervent soutien de Grace Mugabe, qui avait fait une catilinaire contre l’armée s’est excusé publiquement. Dans une déclaration retransmise à la télévision nationale, Kudzai Chipanga admet avoir dénigré le chef de l’armée Constantino Chiwenga et s’excuse. « Nous sommes jeunes et nous faisons beaucoup d’erreurs. Nous avons appris énormément de cette erreur » a-t-il affirmé au nom des jeunes du parti.

De nombreux membres de la ZANU-PF sont en détention provisoire. C’est le cas du ministre des Finances Ignatius Chombo et de l’ancien conseiller en communication de Mugabe Jonathan Moyo. L’actuel ministre Paul Chimedza a été arrêté alors qu’il tentait de fuir vers l’Afrique du Sud.


Leave a Comment