Share

Gabon : frauder au congrès du PDG pour conserver sa place au gouvernement


Ali Bongo lors d'une phase du lancement du programme GRAINE
Ali Bongo lors d’une phase du lancement du programme GRAINE // DR africatopsuccess.com

Gabon (Africapostnews) – Le parti démocratique gabonais (PDG – au pouvoir) a organisé une série de congrès provinciaux pour renouveler son bureau politique en prélude à son futur congrès national. Alors que le parti annonçait ces rencontres comme de grands moments de démocratie, ils ont plutôt confirmé l’image de ce parti dans l’opinion : un parti où la fraude est omniprésente et dont les membres sont prêts à tout pour conserver leur place dans l’appareil de l’Etat.

Les dénonciations de fraude dans les scrutins provinciaux du PDG n’en finissent pas. Dans l’Estuaire (Libreville et Akanda), le Haut-Ogooué, l’Ogooué Ivindo, le Moyen-Ogooué, etc. les accusations de fraudes entre « camarades du parti » ont fusé.

Comble du ridicule, au 1er arrondissement de la commune nouvelle d’Akanda, alors que seules 400 personnes étaient inscrites en qualité d’électeur, 909 voix ont été décomptés dans les urnes et le ministre Jean Marie Ogandaga a été déclaré vainqueur avec 680 voix devant Marie-Thérèse Vane qui a recueilli 229 voix. Cette élection a été validée par le parti. Selon une source présente au moment du dépouillement, « il fallait absolument que le ministre l’emporte pour conserver sa place au gouvernement ».

Le président de l’Assemblée nationale humilié

En effet, plusieurs responsables du parti pensent qu’Ali Bongo, le président de cette formation politique composera le prochain gouvernement à l’aune des résultats obtenus par les uns et les autres lors des congrès provinciaux.

Dans une volonté d’en découdre jamais vu dans le parti, la frange jeune et parfois la plus radicale souvent proche de l’ex MOGABO (un éphémère courant du parti), a semblé décidée à infliger des humiliations à certains « caciques » du régime. Principale victime, Richard Auguste Onouviet, le président de l’Assemblée nationale, battu à Lambaréné (centre du Gabon) par Joël Ogouma, ancien Directeur général des impôts et actuel conseiller d’Ali Bongo. Cette humiliation, au cours d’une élection agitée, fait énormément parler dans le parti au point où certains craignent de nouvelles vagues de départ après celles qui ont renforcé l’opposition gabonaise entre 2015 et 2016.

Quant à Ali Bongo, il entend bien reprendre en main le parti à l’issue du prochain congrès national avec en ligne de mire une majorité à l’Assemblée nationale lors des prochaines législatives.


Leave a Comment