Share

Nigéria : un homme armé d’une machette tue cinq enfants dans une école primaire


Nigeria : les réfugiés de Boko Haram menacés par les pluies
Des enfants jouant dans un camp de réfugiés de Boko Haram | AFP-JIJI

Bono est une région particulière affectée par la présence du groupe islamique Boko Haram. Un homme tue cinq enfants dans une école primaire et blesse une institutrice qui voulait s’interposer. Bien que les habitants soient convaincus de son appartenance au groupe islamiste, il n’a pas été identifié comme tel et Boko Haram n’a pas jusque-là revendiqué cet attentat. Le meurtrier a été emmené dans un hôpital après avoir été tabassé par les riverains.

Après cet acte atroce, les écoles primaires ont été immédiatement fermées. Les habitants sont choqués, ont voulu rendre leur justice en s’attaquant à l’agresseur. La région de Bono est devenue très sensible. Les massacres de ce genre se multiplient.

Massacre de cinq enfants par un homme armé d’une machette

Le Nigéria continue de faire face aux multiples attaques de Boko haram. La scène est horrible, un homme entre dans la cour de récréation, tue trois enfants de cinq à huit ans. Dans une école primaire située au nord-est du Nigéria, un homme armé d’une machette a commis ce crime selon le témoignage des habitants.

Il semblerait que l’attaque était destinée aux enfants des classes de maternelles de l’école primaire « Jafi » située à Kwaya Kusar au sud de Borno, un État particulièrement menacé par le groupe islamiste Boko Haram. Un voisin de l’établissement raconte la scène : « Un homme est entré dans l’école et a attaqué les enfants à l’heure de la récréation. Il a tué trois enfants âgés de cinq à huit ans et blessé une institutrice qui essayait de protéger les enfants ».

« Il est entré dans une classe et a attaqué les élèves. Il a frappé à mort deux garçons, âgés d’environ cinq et sept ans, en leur tailladant la tête. Une petite fille de huit ans, a été frappée au visage et gravement blessée au nez avant de prendre la fuite » rajoute un autre riverain.

Le tueur se serait ensuite dirigé vers une autre classe pour tenter de s’en prendre à d’autres enfants. Les membres du personnel de l’établissement auraient réussi à arrêter l’agresseur en attendant l’intervention des policiers. L’homme armé a été arrêté après avoir subi la colère des habitants qui l’aurait violemment tabassé. Les habitants sont persuadés qu’il s’agirait d’un membre du groupe Boko haram.

Bono est une région du Nigéria envahit par la présence du groupe islamiste. Les enfants y sont souvent kidnappés, utilisés pour commettre des atrocités. Les filles en majorité sont utilisées comme des « bombes humaines ». L’UNICEF ne cesse de le dénoncer qui rappelle que le nombre d’enfants utilisés a multiplié de presque quatre en 2017. Depuis janvier, plus de 80 enfants ont été déclarés comme des kamikazes envoyés par le groupe. De jeunes filles âgées de moins de quinze ans se sont fait exploser pour le compte du groupe terroriste. Si les enfants ne sont pas envoyés pour tuer, ils sont massacrés eux-mêmes.


Leave a Comment