Share

Le Sénégal inaugure son nouvel aéroport international


Nouvel aéroport pour le Sénégal
L’interieur du nouvel aéroport Blaise Diagne. Crédits : Senenews

(APN) — Les autorités sénégalaises inaugurent ce jeudi à 12 h GMT, le nouvel aéroport international Blaise Diagne au sud de Dakar.

Le nouvel aéroport international Blaise Diagne est situé à Diass à 47 km au sud-est de Dakar. Cette structure porte le nom du premier député africain élu au Parlement français et remplace l’aéroport international Léopold Sédar Senghor en fonction depuis soixante dix années. Ce dernier deviendra un aéroport militaire au lendemain de l’inauguration du précédent. De leur côté, les compagnies aériennes ont annoncé ce 7 décembre à leurs usagers, le changement d’aéroport.

Les travaux de cet aéroport avaient été lancées par le président Abdoulaye Wade en 2007. Son lancement était prévue en 2012 ; mais ce n’est que cinq ans plus tard que l’ouvrage a pris fin. Abdoulaye Wade et Macky Sall auront tout deux porté ce projet construit en 10 ans et dont le coût initial est loin de la réalité. En effet, selon la ministre des Transports aériens Maïmouna Ndoye, les travaux étaient estimés à moins de 200 milliards de FCFA en 2007. Au final, l’aéroport Blaise Diagne aura coûté 424 milliards de FCFA, soit plus du double de la somme initialement prévue.

L’entreprise saoudienne BinLaden Group qui assurait la construction de l’aéroport jusqu’en 2016 a été remplacée après un litige avec l’état sénégalais. Deux entreprises turques Summa et Limak ont pris le relai. Elles détiennent 66 % du capital de l’aéroport et en garantiront la gestion pendant 25 ans. Le Sénégal détient 34 %.

L’engouement des autorités autour du nouvel aéroport

L’enthousiasme des autorités sénégalaises est palpable. Cette infrastructure ultramoderne est selon elles, un moteur du développement économique et une étape importante dans le Plan Sénégal Émergent. Le directeur de la communication de l’aéroport Habiboulah Fall entend redynamiser le secteur des transports aériens.

« On va ouvrir avec une capacité de 3 millions qui peut passer à 3 millions 600.000 voyageurs. C’est un levier important pour le développement du tourisme. Autour de l’aéroport va se créer au moins 6.000 emplois directs et indirects. L’autre nouveauté, c’est que sur cet aéroport-là, on peut accueillir des avions de dernières générations. Nous démarrons avec ce terminal-là, mais l’aéroport a été projeté dans sa phase ultime, ça veut dire qu’elle pourra en temps voulu traiter jusqu’à 20 millions de passagers par an. » a-t-il indiqué.

Le Premier ministre Mahammed Boun Abdallah Dionne, a lui aussi fait ce mardi à l’Assemblée nationale, la promotion du nouvel aéroport. Il constituera selon lui un moyen d’attraction pour la destination Sénégal et aura un effet domino sur les autres secteurs de l’économie. Le gouvernement affirme l’ambition du Sénégal de devenir une plaque tournante misant sur son équidistance à l’Europe occidentale, l’Amérique du Nord, l’Amérique du Sud et de l’Afrique australe.

L’accès à l’aéroport inquiète les usagers

Cependant, malgré l’excitation autour du lancement du nouvel aéroport, deux problèmes majeurs se posent. Premièrement, le manque d’infrastructures hôtelières à proximité de l’aéroport. En effet, il serait bénéfique de corriger ce bémol qui peut s’avérer dérangeant pour de nombreux clients.

« Pour l’instant, il n’y a pas un hôtel proche de l’aéroport. Si un client rate son vol, il est obligé de repartir chez lui ou chercher une auberge à Sindia ou à Thiès et ça on ne le souhaite pas. Mais à l’Aéroport international Blaise Diagne, si tu rates ton vol, c’est compliqué. » a expliqué Yaya Abou Diop de la compagnie aérienne Ceiba.

L’autre problème qui se pose avec les tarifs des taxis entre Dakar et Diass. On table sur un prix variant entre 13.000 et 18.000 FCFA. Cependant, les usagers trouvent ces prix trop élevés tandis que les chauffeurs de taxis trouvent ces prix moindres. Les autorités sénégalaises selon un membre du syndicat des taxis auraient choisi unilatéralement d’appliquer ce tarif. Ce que regrette ce dernier qui met en exergue la distance, le prix du péage et du carburant qui justifieraient l’augmentation du prix de la course. Quant à Habiboulah Fall, ces prix demeurent raisonnables si « on compare à ce qui se passe à Dakar. ». De plus, le système de navettes n’est pas encore au point, ce qui complique davantage les choses.

L’aéroport Blaise Diagne est sur 4500 hectares mais n’utilise que 2500 pour le moment. Selon son directeur technique, il pourra accueillir des gros porteurs dont le Airbus A380. Aussi, Air Sénégal pourra dès 2018 être opérationnel et constitue une étape majeure dans les ambitions du Sénégal.


Leave a Comment