Share

Gabon – Ministre corrupteur, magistrats corrompus : la grève qui pourrait causer le départ de Francis Nkéa du gouvernement


Les magistrats devant le palais de justice de Libreville le 13 décembre 2017
Les magistrats devant le palais de justice de Libreville le 13 décembre 2017 // DR L’UNION

Libreville (Africapostnews) – A l’issue d’une assemblée générale qui s’est tenue à Libreville le 13 décembre, le syndicat national des magistrats du Gabon (SYNAMAG) a lancé un mouvement de grève illimitée jusqu’au départ du gouvernement de Francis Nkéa Ndzigue. Ce dernier avait dénoncé quelques jours plus tôt la corruption des magistrats. Tonitruant, le ministre de la justice avait avoué y avoir participé d’une certaine façon en remettant la somme de 200 000 francs CFA à un responsable du SYNAMAG qui lui aurait réclamé de fortes sommes d’argent.

Les magistrats gabonais ont vivement réagi au point de presse de leur ministre de tutelle qui les a traité la majorité d’entre eux de corrompus disant cependant connaitre quelques magistrats de bonne moralité. Dans son communiqué daté du 13 décembre, le SYNAMAG charge Francis Nkéa Ndzigue. Les magistrats qualifient le comportement du ministre de la justice de « désinvolte et puéril ». Le syndicat a décidé de rentrer en grève illimitée jusqu’à ce que Francis Nkéa soit démis du gouvernement.

« S’il ne démissionne pas de lui-même, nous allons l’y contraindre »

Dans les couloirs du palais de justice de Libreville, les magistrats ne cachent pas leur colère envers « cet avocat de formation qui veut salir toute une profession ». Des juges  disent leur mépris et clament que la majorité d’entre eux fait preuve d’une « incroyable probité malgré des conditions de travail spartiates et difficiles ».

« Oui, il y a certainement quelques collègues corrompus, comme dans toutes les professions. Mais un ministre de la République qui affirme face aux médias avoir remis en liquide 200 000 francs CFA à un magistrat qui lui aurait réclamé de fortes sommes d’argent n’est rien d’autre qu’un corrupteur. Et un corrupteur, ne peut siéger au Conseil des ministres en qualité de ministre de la justice. S’il ne démissionne pas de lui-même, nous allons l’y contraindre », nous a affirmé un magistrat.

Au ministère de la justice ce 14 décembre, personne n’était disponible pour répondre à nos questions. La grève du SYNAMAG semble particulièrement suivie ce matin à Libreville et selon nos informations, Francis Nkéa Ndzigue travaillerait à consolider ses soutiens politiques pour faire face au mouvement des magistrats.


Leave a Comment