Share

L’Égypte lance le Nile X, son premier smartphone fabriqué localement


L'Egypte lance le smartphone Nile X
Le Nile X, premier smartphone égyptien. Crédits : droidengage.com

Egypte Technologie – Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a présenté le 3 décembre dernier au cours du ICT Conference, le Nile X, premier smartphone fabriqué en Egypte pour les consommateurs égyptiens, avec l’aide de la Chine.

Dans l’optique de développer le secteur des technologies, le gouvernement de Al-Sissi avait encouragé la création d’une Silicon Valley dans la ville d’Assiout, située dans une région pauvre, au sud du pays.

Sico Technology, l’entreprise à l’origine du premier smartphone égyptien a su détecter un besoin auprès du marché national. En effet, le pays comporte un peu plus de 95 millions d’habitants et plus de 99 millions de souscriptions téléphoniques. Cependant, seulement 32 % des Égyptiens possèdent des smartphones ; indicateur d’un potentiel important pour les fabricants.

Le Nile X vient donc se positionner sur ce marché. Le smartphone comporte 58 % de composantes fabriquées en Égypte et 42 % fabriquées en Chine. Cependant, l’assemblage se fait entièrement dans une usine à Assiout.

Cet Android possède 4GB de RAM et un appareil photo de 13 mégapixels ; il est disponible depuis le 18 décembre dernier au prix de 112 $ (environ 62.000 francs CFA). Selon son responsable marketing, Mohamed Abel, l’entreprise SICO Technology prévoit d’écouler au moins 1,8 million dans les premières semaines suivant le lancement.

L’Égypte, futur hub technologique en Afrique ?

« Nous voulons révolutionner le secteur électronique dans la région » a-t-il ajouté, affirmant les ambitions de l’entreprise de s’étendre en l’Afrique et au Moyen-Orient. Pour cela, ils prévoient de diversifier leurs offres en proposant aux consommateurs des tablettes pour le prix de 235 $ (environ 130.000 francs CFA).

De plus, SICO Technology ambitionne également de construire un hub régional en Afrique de l’est à Nairobi, au Kenya puis de faire de même en Afrique australe (Mozambique et Afrique du Sud) et en Afrique de l’Ouest (Nigéria).

Pour le pays, ce projet représente une réelle avancée technologique. Le gouvernement, qui a investi 22,4 millions de dollars dans ce projet à travers son ministère de la Communication et des technologies de l’information, veut continuer de miser sur la diversification économique et le développement du secteur technologique.

« L’Égypte a le potentiel d’être un centre de référence en matière de production de smartphones accessibles en Afrique et nous voulons être au cœur de ce changement » a déclaré le responsable marketing de SICO.

Source : Quartz


Leave a Comment