Share

Congo – Crise du Pool : l’accord de paix au centre des polémiques


Cessez le feu au Pool
Le pasteur Ntumi en 2008. PHOTO : Kinkala Guy Gervais Kitina / AFP

(APN) — Le gouvernement congolais a conclu le 23 décembre un accord de cessez-le-feu pour ramener le calme dans le Pool. Seulement, l’opposition et la société civile se posent des questions sur le processus ayant abouti à l’accord.

Depuis 2016, une crise frappe la région du Pool au sud-ouest. De nombreux affrontements se déroulent entre les hommes de l’ancien rebelle Frédéric Bintsamou appelé Pasteur Ntumi et les forces de l’ordre. Plusieurs victimes sont à déplorer après plus d’une année de violences. C’est donc avec un grand enthousiasme, que les autorités congolaises ont annoncé un accord de cessez-le-feu le 23 décembre. Elles l’ont présenté comme un « beau cadeau de Noël ».

Néanmoins, ledit accord est au centre des interrogations. Le processus avant d’arriver à un tel accord étant plus ou moins opaque, la société civile et l’opposition congolaise se pose des questions sur une cette surprise selon elles. Alors, elles demandent plus de transparence et surtout plus d’informations sur les pourparlers et un accord fait « en catimini » avec un protagoniste qualifié encore de terroriste il y a quelques jours. De plus, la plus grosse interrogation demeure : est-ce que le pasteur Ntumi jusqu’alors silencieux a vraiment pris part aux négociations en déléguant Gustave Ntondo pour le représente ?

Jean-Gustave Ntondo, signataire du cessez-le-feu dans le Pool

Sur le document de l’accord, il y a le nom de Jean-Gustave Ntondo en tant que signataire. Il représenterait le pasteur Ntumi. Seulement, selon les proches de Ntumi, sa signature n’a aucune valeur aujourd’hui. Envoyé en 2016 par le pasteur Ntumi pour négocier un cessez-le-feu, il a depuis été détenu de nombreuses fois. Entre mai et novembre 2017, il était séquestré dans un lieu tenu secret par les autorités. Sa réapparition suscite le doute auprès des supporters de Ntumi. Aussi, a-t-il signé l’accord comme secrétaire général du CNR. Ce parti a été fondé par le pasteur mais a été dissous l’année dernière par le ministre de l’Intérieur.

Ceux qui se réclament de la résistance autour du pasteur Ntumi affirment que ce dernier ne s’est pas prononcé sur les termes de l’accord. Me Massango Thiasse, ancien vice président de la Commission des droits de l’Homme à Brazzaville et en exil qualifie Ntondo de pseudo négociateur. Il ajoute même qu’il a été sorti de prison par le pouvoir pour jouer les intermédiaires. Il est aussi à noter que le cessez-le-feu ne se prononce pas sur le sort réservé au pasteur Ntumi qui est toujours sous le coup d’un mandat d’arrêt. Tout laisse penser qu’il reste des zones d’ombre dans cet accord de cessez-le-feu que de nombreux opposants ont tenu à célébrer.


Leave a Comment