Share

L’athéisme pourrait devenir un crime en Égypte


Athéisme désormais puni en Égypte
Tenue d’une session parlementaire en Égypte

Égypte News – Le Parlement égyptien a annoncé la réception d’un projet de loi dont l’objet serait de criminaliser l’athéisme, c’est-à-dire l’absence de croyance en Dieu.

Bien qu’il ne s’agisse pour l’instant que d’un projet de loi qui n’a pas (encore) été voté par l’Assemblée nationale, ce dernier bénéficie de nombreux soutiens.

En effet, Amr Amroush, député égyptien et président du comité religieux du Parlement a annoncé son souhait de voir cette loi adoptée. Enfin, la plus haute autorité religieuse sunnite du pays, Al-Azhar a également affirmé son soutien public à l’adoption du projet de loi.

Ce projet de loi aurait pour but d’infliger une peine, allant d’une simple amende à la prison, aux personnes affichant publiquement leur absence de croyance en Dieu. De plus, le député Amroush qui considère l’athéisme comme un « fléau qui se propage surtout au sein de la jeunesse égyptienne » insiste sur la nécessité de mettre en place une surveillance internet, notamment sur les réseaux sociaux afin d’appliquer la censure aux sites promouvant l’athéisme.

Des mesures sévères pour éviter la propagation de l’athéisme

Dans ce pays majoritairement musulman, la Constitution présente la loi islamique comme la source principale de la législation et l’islam comme une religion d’État (article 2) mais garantit également « la liberté des croyances ». Une incohérence pour la communauté athée qui se sent de plus en plus persécutée.

Il faut rappeler que le blasphème et la diffamation religieuse sont déjà punis par l’article 98 du code pénal qui prévoit des peines allant de 6 mois à 5 ans de prison.

Sherif Gober et Karim el-Banna en ont tous deux fait les frais en 2015. Ils ont respectivement été condamnés à un an et trois ans d’emprisonnement ; l’un pour avoir exprimé ses doutes quant à l’existence de Dieu sur son compte Facebook, le second pour avoir affiché publiquement son athéisme sur les réseaux sociaux.

Plus récemment, la direction générale des Fatwas a lancé une campagne contre l’athéisme et de nombreuses décisions juridiques ont été prises dans le but de dissuader les égyptiens à se tourner vers l’athéisme.

Le 24 décembre dernier, le tribunal des affaires familiales du Caire retirait à une mère la garde de ses deux enfants pour cause d’athéisme.


Leave a Comment