Share

Guinée-Équatoriale : près de 150 activistes interpellés après la tentative de coup d’État


Tentative de coup d’Etat en Guinée Equatoriale
Le président équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema Mbasogo. CREDITS : Getty Images

(APN) — Fin décembre, une trentaine de mercenaires ont été arrêtés à la frontière entre la Guinée-Équatoriale et le Cameroun. Ils sont accusés d’avoir fomenté un coup d’État contre Teodoro Mbasogo.

Les autorités équato guinéennes affirment avoir déjoué un coup d’Etat le 27 décembre. Une trentaine de mercenaires venant du Tchad, du Soudan et de la République centrafricaine ont été arrêtés à la frontière avec le Cameroun. Ces derniers étaient notamment en possession d’armes lourdes qui devaient servir à effectuer leur besogne.

La police camerounaise aurait arrêté à Douala Mahamat Kodo Bani un général tchadien parmi les mercenaires. Ce dernier serait le cerveau sur place chargé d’orchestrer l’incident. Ce mercredi, Malabo a signalé des combats entre forces de l’ordre et mercenaires faisant un mort parmi eux.

Le ministre équato guinéen de la Sécurité Nicolas Obama Nchama a affirmé que les mercenaires ont été recrutés par un mouvement radical de l’opposition. Néanmoins, il n’a pas donné de nom. De plus, il affirme qu’une force étrangère serait derrière cette tentative de coup d’État. Le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo a tout de suite ordonné la fermeture de la frontière terrestre avec le Cameroun.

Les avancés depuis le coup d’État déjoué

Depuis les incidents, le principal parti de l’opposition a publié une liste de 146 activistes détenus depuis la tentative de coup d’Etat. Les principaux réseaux sociaux sont bloqués en Guinée Équatoriale. Le ministre équato-guinéen des Affaires étrangères parle lui d’une « menace sérieuse de déstabilisation qui concerne toute la sous-région d’Afrique centrale ». Le ministre gabonais de l’Intérieur s’est rendu dans le pays pour renforcer la coopération entre les deux pays.

Ce vendredi, le ministre tchadien des Affaires étrangères Mahamat Zen Chérif, a déclaré au micro de RFI que le commanditaire vivrait en Europe. Il s’agirait selon lui d’un Équato-guinéen exilé à l’étranger. Aussi, les armes que possédaient les mercenaires auraient été acquises en dehors de la zone CEMAC. Il a ajouté que de nouvelles arrestations seraient à prévoir dans les prochains jours.


Leave a Comment