Share

Le taux de mortalité durant les opérations chirurgicales deux fois plus élevé en Afrique que dans le monde


Opération à risque en Afrique
Un patient subissant une opération. Credits : Teranga news

Afrique santé – Une étude menée par des chercheurs publiée dans la revue médicale « The Lancet » a révélé que « près d’un patient sur cinq en Afrique a des complications après une opération », tuant deux fois plus en moyenne que dans le monde.

L’étude a été menée par une trentaine de chercheurs sur 10.885 patients dans 247 hôpitaux dans 25 pays. À la suite de cette étude, 18,2 % des patients ont subi des complications et 10 % sont décédés. Des chiffres étonnants dans un continent où la population est jeune et subit des interventions moins lourdes qu’ailleurs.

Selon l’étude, ces chiffres alarmants seraient dus à une « pénurie de main-d’œuvre et de ressources aboutissent à une chirurgie moins sûre dans la région ».

En effet, alors que l’OMS recommande 20 à 40 chirurgiens spécialiste pour 100.000 habitants, l’Afrique n’en compte que 0,7 pour 100.000 habitants. De plus, seulement 212 opérations chirurgicales pour 100.000 habitants sont effectuées chaque année ; « 20 fois moins » que le nombre nécessaire pour couvrir les besoin de la population, selon les chercheurs. Une pénurie qui tue autant que les complications post-opérations.

Pour améliorer ces résultats, les spécialistes suggèrent « une amélioration de la surveillance des patients pendant et juste après leur opération ». « Beaucoup de vies pourraient être sauvées par un suivi efficace des patients […] Le résultat des opérations restera mauvais tant que le problème du manque de ressources ne sera pas réglé » à rajouté Bruce Biccard de l’hôpital Groote Schuur au Cap (Afrique du Sud).


Leave a Comment