Share

Le président namibien refuse de céder aux populations noires 25 % de l’actionnariat des entreprises appartenant aux blancs


Emancipation économique en Namibie
Le président Hage Geingob. Source : Namibia Daily News

(APN) – Le président namibien Hage Geingob est revenu ce mercredi sur un article présent dans un projet de loi sur l’émancipation économique des populations. Lors de son discours à la nation, il a fermé la porte à un article suggérant de forcer l’octroiement aux noirs de 25 % de l’actionnariat des entreprises appartenant aux blancs.

En Afrique australe, la question sur l’impact économique des blancs et l’émancipation économique des populations noires, fait toujours débat. C’est le cas en Afrique du Sud mais aussi en Namibie. En effet, la plupart des richesses sont détenues par les blancs qui représentent seulement 6 % de la population.

Le gouvernement namibien a donc décidé de travailler sur un projet de loi qu’il présentera plus tard au Parlement. Ce projet de loi a pour but de créer et de favoriser un cadre pour l’émancipation économique des populations. La National Economic Empowerment Framework (NEEEF) a pour but de réduire les inégalités quant à la répartition des richesses dans le pays.

Un projet de loi à revoir

Dans ce projet de loi, un article fait couler beaucoup d’encre. De nombreux chefs d’entreprise et investisseurs ont émis des réserves. C’est lors de son discours ce mercredi, que le président Hage Geingob a mis les choses aux clairs. Il est hors de question d’obliger les entreprises tenues par des blancs à vendre 25 % de leur actionnariat aux populations noires.

Selon lui, cette disposition ne résoudrait pas le problème de l’inégalité des richesses. Il a mis en avant le fait que la majorité des Namibiens et surtout les plus démunis n’ont pas les moyens d’investir dans ce genre de transactions et que cette mesure ne favoriserait pas l’émancipation de la majorité. Elle a donc été supprimée du projet de loi.

Le président namibien indique ainsi que le projet de loi sera révisé dans le but de « créer un environnement commercial favorable où les propriétaires qu’ils soient noirs ou blancs, peuvent se permettre d’investir en capital-risque et participer à des transactions sur actions dans le cadre du NEEEF ». De plus, il a ajouté que le cadre doit être inclusif et que l’accent doit être mis sur une solution à la détresse des fermiers, des jeunes, des femmes, des employés de maison et de tous les Namibiens marginalisés.


Leave a Comment